International

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a estimé vendredi qu'il était "beaucoup trop tôt" pour qualifier de succès l'accord sur la question migratoire arraché vendredi par les 28 de l'UE.

"Il est beaucoup trop tôt pour parler d'un succès. Nous avons réussi à obtenir un accord (au sommet) mais c'est en fait la partie la plus facile de la tâche comparé à ce qui nous attend sur le terrain, quand nous commencerons à le mettre en oeuvre", a admis M. Tusk à l'issue d'un sommet européen de deux jours dominé par les tensions sur les défis migratoires.

"En outre, nous avons un message clair à tous les bateaux, y compris ceux des ONG, opérant en Méditerranée: ils doivent respecter la loi et ne pas entraver les opérations des garde-côtes libyens", a affirmé M. Tusk.

Les dirigeants des pays de l'UE sont parvenus vendredi au petit matin à s'entendre sur un accord, salué par l'Italie qui avait menacé de faire capoter leur sommet à Bruxelles si on ne lui manifestait pas plus de solidarité face aux arrivées de migrants.

Ce texte prévoit notamment des "plateformes de débarquement" de migrants secourus en mer hors d'Europe, des "centres contrôlés" sur le territoire de l'UE et un renforcement des frontières extérieures, mais les détails de la mise en oeuvre de ces solutions restent flous.

Il préconise aussi de renforcer le soutien aux garde-côtes libyens et appelle "tous les navires qui opèrent dans la Méditerranée" à "respecter les lois applicables et ne pas faire obstacle aux opérations des garde-côtes libyens".

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a annoncé vendredi que les ports italiens seraient fermés "tout l'été" aux ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée.