International

L'assignation à résidence "nocturne" de l'opposant Mikheïl Saakachvili, accusé d'avoir voulu fomenter un coup d'Etat en Ukraine, a expiré mardi et ne sera pas renouvelée, a annoncé le Parquet général ukrainien. L'ex-président géorgien devenu opposant en Ukraine "a finalement commencé à venir à ses interrogatoires" après l'avoir refusé dans un premier temps, a indiqué le Procureur général d'Ukraine Iouri Loutsenko, cité par sa porte-parole sur Facebook. M. Saakachvili respectant désormais les exigences des forces de l'ordre, "nous n'allons pas prolonger" les mesures restrictives qui le visent, a précisé M. Loutsenko.

La cour d'appel de Kiev avait ordonné le 26 janvier d'assigner provisoirement à résidence à Kiev de 22h00 à 7h00 du matin Mikheïl Saakachvili, lui interdisant également de quitter la capitale ukrainienne sans autorisation du Parquet ou d'un tribunal.

L'ex-président géorgien, d'abord un allié du président ukrainien Petro Porochenko avant d'en devenir un des plus farouches adversaires, avait été brièvement arrêté en décembre à Kiev puis relâché. Il est accusé d'avoir voulu "prendre le pouvoir par la force" lors de récentes manifestations qui auraient été, selon le parquet ukrainien, financées par l'entourage de l'ex-président prorusse Viktor Ianoukovitch, déchu en 2014.