International

Les régions rebelles de l'est de l'Ukraine sont de facto gouvernées par des ministres russes dont le vice-Premier ministre Dmitri Kozak, un proche du président Vladimir Poutine, affirme mercredi le quotidien allemand Bild, s'appuyant sur un document émanant des autorités russes. 

Bild, qui dit avoir obtenu les minutes d'une session du 23 octobre 2015 de la "commission interministérielle pour l'aide humanitaire pour les régions (ukrainiennes) du sud-ouest de Donetsk et Lougansk" créée par le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, assure que celle-ci a confié à cinq ministres russes la gestion des affaires des bastions rebelles pro-russes.

Six groupes de travail ont été créés à cet effet traitant "dans le moindre détail" notamment des finances, de l'industrie, du marché de l'énergie, de l'infrastructure ou encore des questions de logement et d'approvisionnement. Le tout serait supervisé par les services de renseignement russes (FSB), selon le journal allemand qui ne cite cependant pas le contenu du document.

La commission elle-même est présidée par Sergueï Nazarov, le vice-ministre du développement économique, qui travaille sous la houlette de Dmitri Kozak, poursuit Bild.

Aucun représentant des républiques auto-proclamées de Donetsk et Lougansk ne participent aux réunions de la commission et des groupes de travail, si bien que Bild en conclut que Moscou "dirige tous les aspects" du fonctionnement des régions séparatistes.

Pour un responsable d'un service de renseignement cité sous couvert de l'anonymat par Bild, le document démontre que les régions séparatistes sont "comme un Etat satellite de la Russie" ce qui, selon le journal allemand, est "clairement une infraction aux accords de paix de Minsk de février 2015" et que Vladimir Poutine a signés.

Le vice-Premier ministre Dmitri Kozak a démenti les allégations du journal: "Nous n'avons rien à voir avec cela (...) il n'a jamais été dit que Dmitri Kozak s'occupe d'autres régions que celles de la Fédération russe", a déclaré son porte-parole à la chaîne de télévision indépendante russe Dojd.

Moscou a toujours démenti soutenir militairement et financièrement les rebelles pro-russes, assurant n'apporter qu'une aide humanitaire aux régions de l'est de l'Ukraine, théâtre du conflit opposant séparatistes et forces ukrainiennes.

Si les combats ont largement baissé en intensité depuis la signature en février 2015 des accords de Minsk, des affrontements mortels y ont encore lieu régulièrement.

Par ailleurs, l'Ukraine est accusée de freiner l'octroi prévu d'une autonomie accrue aux régions rebelles, tandis que Moscou continue, selon Kiev, d'envoyer ses soldats sur le terrain et de laisser les séparatistes empêcher les observateurs internationaux d'accéder à certaines parties du territoire du conflit, notamment la frontière avec la Russie.