International

Le conseiller de Donald Trump en matière de sécurité nationale Michael Flynn a discuté des sanctions visant Moscou avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis lorsque Barack Obama était encore président, contrairement à ce qu'il a affirmé, ont assuré vendredi des médias américains. Ces conversations ont eu lieu alors même que le président Obama ordonnait fin décembre l'adoption d'une série de mesures contre la Russie, pour son ingérence présumée dans la campagne présidentielle américaine.

Selon les sources du Washington Post, le premier à avoir révélé l'affaire, et du New York Times, ces discussions pourraient être illégales. Les journaux citent des responsables anonymes, en poste actuellement ou sous la précédente administration, qui ont consulté des rapports élaborés par les services de renseignement américains surveillant habituellement les contacts des diplomates russes.

Michael Flynn a pu saper l'impact des sanctions américaines en laissant entendre à Moscou, autour de la date de l'annonce de ces mesures, que Donald Trump relâcherait la pression après sa prise de fonctions le 20 janvier.

M. Flynn a fait référence "explicitement" aux sanctions, certaines sources affirmant même qu'il avait "appelé la Russie à ne pas réagir de façon excessive" aux mesures de Barack Obama, "laissant entendre clairement que les deux parties seraient en position de revenir sur la question une fois que Trump serait investi président", écrit le Washington Post.