International

Emmerson Mnangagwa a prêté serment, vendredi matin à Harare, en tant que président de la République du Zimbabwé, devant des dizaines de milliers de personnes pleines d'espérance. Mais que peut-on attendre de celui qui fut l'âme damnée de Robert Mugabe?

Alors qu'aucune déclaration officielle n'a expliqué pourquoi c'est M. Mnangagwa qui accède à ce poste (voir https://afrique.lalibre.be/11352/zimbabwe-les-tours-de-magie-du-changement-de-president/) bien qu'il n'en ait constitutionnellement pas la capacité, le vice-Président limogé a prêté serment comme chef de l'Etat dans un stade comble.