International

Un tribunal letton a condamné mardi à 18 mois de prison un ancien employé des chemins de fer locaux pour espionnage en faveur de la Russie à laquelle il avait transmis des informations classifiées sur le transport des troupes et du matériel de l'Otan. Aleksandrs Krasnopjorovs, un Russe d'origine et ex-soldat de l'armée soviétique envoyé en Afghanistan dans les années 1980, travaillait dans les chemins de fer lettons où il avait accès au réseau des caméras de surveillance.

Il a été reconnu coupable d'avoir enregistré des images vidéo de troupes de l'Otan et de leur matériel transportés par voie ferrée, qu'il envoyait ensuite à ses contacts en Russie.

Aleksandrs Krasnopjorovs a plaidé non coupable et son avocat a annoncé qu'il allait faire appel du jugement.

La Lettonie accueille l'une des quatre unités de combat de l'Otan déployées dans les trois États baltes et en Pologne pour renforcer le flanc oriental de l'Alliance, en particulier depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Aleksandrs Krasnopjorovs a fait ses enregistrements entre octobre 2015 et septembre 2016 lorsque des troupes du Canada, de Pologne, des États-Unis et d'autres pays membres de l'Otan déployaient en Lettonie leurs équipements lourds.

Egalement reconnu coupable de possession d'explosifs, il a été arrêté fin 2016 et a passé plus d'un an en détention provisoire. Il ne lui restera donc à purger que trois mois de la peine infligée mardi.

Sa condamnation est la première du genre depuis que la Lettonie a durci sa législation contre l'espionnage, la trahison et le terrorisme, à la suite de l'annexion de la Crimée.

Pays balte de la zone euro et membre de l'Otan, la Lettonie compte une minorité ethnique russe représentant environ un quart de ses 1,9 million d'habitants.