International

Un groupe inconnu appelé les "Fedayin de l'islam" a revendiqué lundi la responsabilité de l'attentat suicide contre le grand hôtel Marriott d'Islamabad qui a fait au moins 60 morts samedi, dans un appel téléphonique à Al-Arabiya, a annoncé la chaîne de télévision basée à Dubaï.

Le correspondant de la chaîne à Islamabad a expliqué avoir reçu un texto sur son téléphone portable lui indiquant un numéro de téléphone, qu'il a composé pour tomber sur un répondeur.

Dans le message enregistré, un correspondant disant s'appeler Ahmad Shah Abdali a revendiqué l'attentat au nom de ce groupe, les "Fedayin (combattants) de l'islam".

L'auteur du message parlait en anglais "avec un accent du sud-est asiatique", a précisé le journaliste.

Un kamikaze a fait exploser samedi soir un camion de chantier rempli de 600 kg d'explosifs devant la barrière de sécurité l'hôtel Marriott, réduisant l'établissement de luxe à l'état de ruine calcinée.

Au moins 60 personnes ont été tuées, selon des responsables policiers - 53 selon un bilan officiel - et 266 blessés dans l'attentat.

Selon la chaîne de télévision satellitaire panarabe, l'auteur de la revendication a fait état de plusieurs conditions "à l'arrêt des attentats contre les intérêts américains au Pakistan".

Parmi celles-ci, il a demandé "la fin de la coopération" entre Washington et Islamabad, "la fin des opérations (militaires pakistanaises) dans les zones tribales" du nord-ouest du Pakistan, frontalières avec l'Afghanistan, et la libération de tous les militants détenus dans les prisons américaines.

L'authenticité de ce message n'a pas pu être vérifiée, a souligné Al-Arabiya.

Selon l'interlocuteur, l'attentat a été perpétré par un "candidat au martyr" alors que 250 Marines américains et responsables de l'Otan se trouvaient dans l'hôtel.

Les enquêteurs traquaient lundi une cellule d'Al-Qaïda à Islamabad, alors que le Pakistan a accusé les talibans pakistanais liés à Al-Qaïda d'avoir perpétré cet attentat suicide.

Le conseiller du Premier ministre pour l'Intérieur, Rehman Malik, a assuré dimanche que le TNT et le RDX, des explosifs à usage militaire parmi les plus puissants, étaient du même type que ceux utilisés pour deux précédents attentats, dont l'un - contre l'ambassade du Danemark à Islamabad - avait été revendiqué par Al-Qaïda.

Le pays est en proie à une vague d'attentats islamistes qui a fait près de 1.300 morts en plus d'un an.

Les spécialistes du réseau d'Oussama Ben Laden considèrent désormais que le nord-ouest du Pakistan est devenu "le nouveau front de la guerre contre le terrorisme".

Les Etats-Unis sont convaincus que les talibans afghans et Al-Qaïda ont reconstitué leurs forces dans ces zones tribales.

Les forces américaines en Afghanistan y multiplient les tirs de missiles ciblant les combattants fondamentalistes, mais sans épargner des civils, au grand dam d'Islamabad qui proteste en vain.