International

Dans le but de protéger sa réputation, un laboratoire pharmaceutique allemand a engagé une procédure judiciaire pour stopper une condamnation à mort par injection létale dans le Nebraska, affirmant que l'État américain a illégalement obtenu des produits auprès de sa société.

Fresenius Kabi a déposé son action en justice mardi soir, affirmant que le Nebraska prévoyait d'utiliser deux de ses médicaments le 14 août, pour ôter la vie à Carey Dean Moore, condamné à mort pour le meurtre de deux chauffeurs de taxi en 1979.

L'Etat américain prévoit d'utiliser quatre médicaments - le sédatif diazépam, le puissant analgésique fentanyl, le relaxant musculaire cisatracurium et du chlorure de potassium, qui arrête le coeur.

Fresenius Kabi croit que ces deux derniers médicaments proviennent de chez lui et demande à un juge fédéral de rendre une ordonnance qui empêche temporairement ou définitivement l'État d'utiliser ses produits injectables.

"Fresenius Kabi ne prend pas position sur la peine capitale" mais "s'oppose à l'utilisation de ses produits à cette fin et ne vend donc pas certains médicaments aux établissements pénitentiaires", a déclaré la société dans sa plainte au civil.

"Ces médicaments, s'ils ont été fabriqués par Fresenius Kabi, n'ont pu être obtenus qu'en contradiction et en violation des contrats de distribution que l'entreprise a mis en place et donc par des moyens inappropriés ou illégaux".

Fresenius Kabi estime que les peines capitales sont rejetées par une majorité en Europe et que cela porterait "grandement atteinte à sa réputation".

L'État du Nebraska n'a rendu public que de rares informations sur le cocktail médicamenteux et n'a pas divulgué leur provenance.

"Les produits pour injections létales du Nebraska ont été achetés légalement et conformément à l'obligation de l'Etat d'exécuter les peines capitales dans un cadre légal", a déclaré le bureau du procureur général dans une brève déclaration.

Les cocktails létaux sont devenus difficiles à obtenir en raison de l'opposition du public et de la réticence, ou de l'hostilité pure et simple, des laboratoires pharmaceutiques à les vendre aux prisons pour procéder à des exécutions.

Le mois dernier, un procès similaire intenté par le laboratoire pharmaceutique Alvogen a temporairement interrompu une exécution capitale dans le Nevada.

Si la condamnation à mort était exécutée, ce serait la première dans le Nebraska depuis 21 ans, la toute première par injection létale.