International Les avocats de Khaled El Hamidi, un ressortissant libyen qui a perdu son épouse et ses deux enfants dans une frappe de l’Otan en juin 2011, ne désespèrent pas de demander des explications et des compensations devant la justice belge, voire plus haut, à la Cour pénale internationale ou à la Cour européenne des droits de l’homme. " Nous n’avons plus de maison, plus d’enfants, plus de vie. Nous allons nous battre contre l’Otan et les pays qui ont participé à cette opération"