International

Un mois jour pour jour après la tuerie au fusil d'assaut au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland en Floride, des dizaines de milliers d'élèves américains vont brièvement quitter leurs salles de classe mercredi à 10h00. En hommage aux 17 victimes de la fusillade, les élèves participant à ce "National School Walkout" vont quitter leur classe pendant 17 minutes. Les organisateurs sont issus de la Women's March, un mouvement spontané qui avait rassemblé le 21 janvier 2017 des millions de manifestants opposés à l'accession à la Maison Blanche de Donald Trump.

Même s'il s'agit de saluer la mémoire des jeunes et des enseignants fauchés au lycée Marjory Stoneman Douglas, ces interruptions des cours doivent servir à lancer un appel à agir contre les armes à feu en Amérique. Les mesures exigées, répercutées sur les réseaux sociaux avec le mot d'ordre #Enough (Cela suffit), mentionnent notamment l'interdiction des fusils d'assaut et des chargeurs de munitions à grande capacité. Nikolas Cruz, le tireur du lycée de Parkland, possédait une telle arme.

Le mouvement de la "National School Walkout" se déclare par ailleurs résolument opposé à "toute législation qui viserait à fortifier les écoles avec davantage d'armes". Or c'est justement dans cette voie que l'exécutif s'est engagé lundi. La Maison Blanche a présenté une série de propositions qui ne prévoient ni de bannir les fusils semi-automatiques, ni de relever de 18 à 21 ans l'âge légal d'achat de ces armes. En revanche, le gouvernement de Donald Trump a promis de rendre les écoles "aussi sûres que les aéroports, les stades ou les bâtiments officiels", en formant au maniement des armes les enseignants volontaires et en renforçant sur place la présence des policiers et gardes armés.

Les élèves américains ont prévu de se retrouver le samedi 24 mars pour un grand rassemblement contre les armes à feu à Washington, ainsi que dans des dizaines d'autres grandes villes américaines.

Dans une autre initiative symbolique, 7.000 paires de chaussures ont été posées devant le Capitole à Washington pour symboliser les 7.000 enfants tués par arme à feu depuis le massacre de l'école Sandy Hook, en décembre 2012 dans l'Etat du Connecticut.