Un non-lieu possible pour DSK

Stéphanie Fontenoy Publié le - Mis à jour le

Vidéo
International Correspondante aux États-Unis

Les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn vont-elles être abandonnées ? Et si oui, le seront-elles le 18 juillet, jour de sa prochaine audience au tribunal de Manhattan, ou avant ? Le quotidien à scandale new-yorkais, le "New York Post", croyait détenir "en exclusivité" l’information hier, citant un des principaux enquêteurs de l’affaire, sans toutefois le nommer. "Le bureau du procureur va accepter d’abonner les poursuites contre Dominique-Strauss-Kahn - soit lors de sa prochaine comparution dans deux semaines ou même plus tôt", avance le journal populaire. Sans être un scoop, la possibilité d’un non-lieu est à l’ordre du jour depuis que le procureur de Manhattan, Cyrus Vance Jr, a cru bon de suggérer l’assouplissement des conditions de détention de l’homme politique français et sa mise en liberté sur parole vendredi dernier, citant les faiblesses de son dossier.

Malgré ce théâtral retournement de situation en fin de semaine dernière, le ministère public n’était pas prêt hier à évoluer sur sa position. "Nous ne faisons pas de déclaration officielle. Rien n’a changé, la prochaine audience est maintenue au 18 juillet, l’enquête continue", a fait savoir le bureau du procureur contacté mardi matin par "La Libre".

La possibilité d’une relaxe imminente est pourtant bien réelle, depuis que l’affaire DSK s’est écroulée sur elle-même vendredi. Selon une lettre envoyée par les services du procureur aux avocats de la défense de Dominique Strauss-Kahn, la plaignante, Nafissatou Diallo, s’est contredite à plusieurs reprises et a menti sur son passé, ce qui rendrait nul son témoignage devant un grand jury. "Il est possible que tout s’arrête le 18 juillet, ou même avant", commente Matthew Galluzzo, avocat pénal à New York qui a travaillé précédemment dans le bureau du procureur. Une source proche de l’accusation s’attendait lundi à ce que les poursuites tombent d’un jour l’autre.

Habitué des formules chocs, le tabloïd "The New York Post" en conclut que l’heure est venue pour Dominique Strauss-Khan de "sabrer le champagne". La plainte de la femme de ménage de l’hôtel Sofitel ne serait plus défendable. "Rien de ce qui sort de sa bouche n’est crédible - ce qui est une honte car maintenant on ne saura peut-être jamais ce qui s’est passé dans cette chambre d’hôtel. A-t-il fait usage de la force ? Y a-t-il eu crime ? Je ne pense pas que nous le saurons un jour", aurait déclaré un enquêteur en charge du dossier.

Le "New York Times" s’intéressait, lui, à la déposition de l’accusatrice à l’hôpital St-Luke-Roosevelt où elle a été examinée dans les heures qui ont suivi l’agression présumée. Un passage attire de nouveaux soupçons. La femme de chambre y déclare qu’après l’agression, elle aurait observé Dominique Strauss-Kahn se rhabiller et quitter la chambre, sans dire un mot. Une version de plus dans un récit contradictoire. Dans un premier temps, elle avait d’abord expliqué s’être échappée précipitamment pour se cacher dans le couloir. Puis elle s’était dédite, indiquant qu’elle avait nettoyé une autre chambre avant de rapporter les faits à son superviseur.

La mise en cause de la parole de la plaignante est une aubaine pour les avocats de Dominique Strauss-Kahn, Benjamin Brafman et William Taylor, qui se sont engouffrés dans la brèche et plaident pour la fin immédiate des poursuites. Selon les spécialistes du droit américain, un dénouement positif pour DSK est à prévoir.

Stéphanie Fontenoy

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Melania Trump sort de son silence avec fracas

    Longtemps, elle est restée silencieuse. Puis, par petites touches, elle s'est montrée plus présente. Cette semaine, Melania Trump a donné de la voix, de façon spectaculaire. En réclamant publiquement le départ d'une conseillère de son mari ...

  2. 2
    Vidéo
    La voiture de Donald Trump a quelque peu surpris Emmanuel et Brigitte Macron (PHOTOS & VIDEO)

    Le président américain accueilli à l'Elysée dans le cadre des commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918 a fait un départ très remarqué.
    Alors qu'il était reçu par Emmanuel Macron et sa femme ce samedi matin, Donald Trump a ...

  3. 3
    Commentaire
    Comment les Américains ont jugé l'attitude de Trump aux commémorations de l'Armistice

    Donald Trump a paru bien maussade, ce week-end, à Paris. Le temps fut aussi détestable en France que la météo électorale aux États-Unis. La pluie a empêché Donald Trump de se rendre en hélicoptère au cimetière franco-américain du Bois-Belleau, dans ...

  4. 4
    Le corps de Jamal Khashoggi a été jeté dans les canalisations après avoir été dissous

    Les meurtriers du journaliste Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat saoudien d'Istanbul, se sont débarrassés de son corps en le jetant dans des canalisations après l'avoir dissous dans de l'acide, a rapporté samedi le quotidien turc Sabah. ...

  5. 5
    Vidéo
    Quand le roi du Maroc s'endort pendant le discours de l'Armistice, Trump n'est pas content (VIDEO)

    Le discours d'Emmanuel Macron a eu des effets soporifiques sur la personne du roi du Maroc.

cover-ci

Cover-PM