International

Un opposant rwandais exilé en France depuis 2005 et qui souhaitait rentrer au Rwanda a dénoncé mercredi le refus de la compagnie aérienne Brussels Airlines de l'autoriser à embarquer à Bruxelles sur son vol vers Kigali, sur injonction, selon lui, du régime du président Paul Kagame. 

L'abbé Thomas Nahimana, qui avait tenté un premier retour en novembre dernier avant de rester bloqué à Nairobi, la capitale kenyane, avait prévu de gagner Kigali lundi soir via l'aéroport de Bruxelles et le vol SN 0471, en compagnie d'une membre de son parti, Nadine Claire Kasinge. Il souhaitait enregistrer son parti Ishema, pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle d'août 2017.

Mais alors qu'il s'apprêtait à embarquer à Bruxelles dans un avion de Brussels Airlines, après avoir franchi tous les contrôles de sécurité, la compagnie lui a montré, au moment de l'embarquement, une lettre de la Direction générale de l'immigration rwandaise qui demandait à "toutes les compagnies" desservant Kigali de ne pas le prendre comme passager, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

L'abbé Nahimana a reconnu qu'il était en possession de deux passeports, l'un rwandais "périmé" et l'autre français, avec visa touristique de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est (EAC).

Il a imputé la consigne de lui interdire un retour au Rwanda à "un ordre du gouvernement rwandais" et du président Paul Kagame.

L'opposant a néanmoins réaffirmé sa volonté de rentrer au Rwanda, tout en évoquant la piste de créer, avec l'appui d'autres partis d'opposition, un "gouvernement rwandais en exil" pour faire contre-poids à celui au pouvoir à Kigali et dominé par le Front patriotique rwandais (FPR) de M. Kagame.