International

Michal Horacek, un riche homme d'affaires et auteur de chansons à succès qui a contribué aux négociations entre les dissidents et le pouvoir communiste à Prague, a annoncé jeudi qu'il serait candidat à la prochaine élection présidentielle tchèque pour laquelle il est, selon un récent sondage, en position de favori.

"La fonction présidentielle peut être exercée de manière plus décente, plus compétente et plus ouverte au peuple", a-t-il déclaré devant la presse. Une allusion à peine voilée à la prestation de l'actuel chef de l'Etat Milos Zeman, souvent critiqué pour son orientation prochinoise et prorusse ainsi que pour ses gestes et ses déclarations controversés.

"La République tchèque fait partie d'un espace plus large, (celui) de l'Union européenne et de l'Otan. Il faut que nous soyons de bons alliés et non des passagers clandestins", a souligné M. Horacek, actuellement âgé de 64 ans.

D'après un sondage réalisé en octobre par l'agence Median, M. Horacek est le mieux placé pour battre, début 2018, M. Zeman parmi tous les candidats évoqués par la presse, avec l'économiste tchéco-américain Jan Svejnar, candidat malheureux en 2008 face à Vaclav Klaus. Au deuxième tour du scrutin, qui se déroule au suffrage universel direct, M. Horacek est crédité de 47,5% des suffrages, contre 44% à M. Zeman. M. Svejnar n'a pas encore annoncé s'il se présenterait ou non.

Compositeur et parolier, auteur depuis les années 1980 d'un grand nombre de chansons à succès, Michal Horacek avait été, au moment de la "Révolution de velours" de 1989, l'un des initiateurs des négociations entre les dissidents, dont le futur président Vaclav Havel, et le pouvoir communiste.

Peu après, il a fondé la première loterie privée Fortuna, dont il a vendu ses parts en 2004.

Aujourd'hui, ce diplômé d'anthropologie sociale évalue sa fortune à près de 15 millions d'euros.

Il se déclare "au-dessus des partis" et sillonne le pays, pour "rencontrer et écouter les gens afin de connaître leurs soucis et leurs souhaits".

Interrogé sur la présidentielle américaine, il s'est dit favorable à Hillary Clinton.

Le mandat de cinq ans de Milos Zeman, vétéran de la gauche tchèque, populaire dans les petites villes et les campagnes, prendra fin en mars 2018. Il devrait annoncer en mars prochain son intention de briguer un deuxième mandat.