Un sénateur français veut piéger un de ses adversaires "avec une mineure"

Rédaction en ligne avec AFP Publié le - Mis à jour le

International

"La fin justifie les moyens", tel pourrait-être la devise ou une des devises de François Grosdidier. Ce sénateur français (UMP) a proposé au cours d'une conversation enregistrée et rendue publique de piéger son collègue et adversaire Jean-Louis Masson "avec une mineure" au Maroc.

Au cours de cette conversation diffusée par le site marianne2.fr, M. Grosdidier déclare que "le seul truc, c'est de faire couler [Jean-Louis Masson] avec une mineure dans un pays, y a que ça".

"Au Maroc il se fera piéger comme un lapin", lui répond son interlocuteur. "Dès que ça pète, moi je préviens le secrétaire d'Etat à l'intérieur en lui disant : 'Ecoutez, ne le protégez pas, c'est le plus foireux des hommes politiques français'", poursuit François Grosdidier.

Ce dernier, comme le signale Lemonde.fr, assure que l'enregistrement est un "assemblage de bribes d'une conversation plus longue, de trois ou quatre heures", et explique avoir tenu ces propos pour voir jusqu'où pouvait aller le "délire" de son interlocuteur. "Il y a un ou deux ans, j'ai été contacté par un certain Sébastien Faizant, qui se présentait comme un expert financier. Il a tout fait pour gagner ma confiance et me parlait avec insistance de mon conflit avec Jean-Louis Masson. Sa mythomanie transperçait".

"Il me faisait des propositions délirantes pour compromettre M. Masson" continue François Grosdidier dans un entretien au site 20minutes.fr. "Je me suis laissé aller à son truc et j'ai poussé la conversation en m'amusant pour voir jusqu'où irait son délire. Cette affaire est une blague de collégiens", a-t-il ajouté. "Je pense qu'il a écrit le scénario du début à la fin! Jean-Louis Masson est un esprit brillant, mais c'est un champion de la manipulation"

En tout cas, entre les deux ennemis la bagarre continue. M. Masson a porté plainte pour association de malfaiteurs, tandis que François Grosdidier a déposé plainte contre son collègue pour dénonciation calomnieuse, manipulation et association de malfaiteurs.

Les inimitiés entre les deux parlementaires, qui se sont déjà poursuivis à plusieurs reprises devant les tribunaux depuis une vingtaine d'années, se sont accélérées ces dernières semaines, après que François Grosdidier, également maire de Woippy (Moselle), a été mis en examen jeudi dans un dossier concernant un système illicite de captation des marchés publics. "Il est permis de se demander si M. Masson n'a pas commandité Sébastien Faizant, finalement plus manipulateur que mythomane", a commenté François Grosdidier.

Publicité clickBoxBanner