International

Quatre vingt huit personnes ont été tuées et plus de 300 autres blessées dans une bousculade survenue devant un stade de Manille samedi où une foule s'était massée pour participer à un jeu télévisé doté de prix, ont annoncé les secours.

Plus de 10.000 personnes étaient rassemblées devant le stade Ultra de Pasig, une banlieue de la capitale des Philippines, dans l'espoir d'avoir un siège à l'émission, un spectacle de variétés extrêmement populaire organisé par la chaine ABS-CBN.

Les causes du drame étaient encore floues samedi matin.

Un homme aurait prononcé le mot «bombe », provoquant un mouvement de panique, a indiqué le directeur des services municipaux Lito Vergel De Dios.

Mais selon des survivants et des enquêteurs, la catastrophe se serait produite lors du franchissement d'un étroit passage menant au stade.

«La raison de la bousculade est qu'un grand nombre de gens se sont retrouvés en un seul endroit », a déclaré le chef adjoint de la police de Pasig, Romeo Abaring.

Il a noté que la foule s'était précipitée vers l'unique entrée du stade, où la plupart des morts ont été retrouvés.

Selon le sénateur Richard Gordon, qui est aussi le responsable de la Croix Rouge, le bilan s'élève à 88 morts et 337 blessés.

La présidente Gloria Arroyo a ordonné une enquête sur les causes de l'incident et a promis d'en rendre public les résultats dans les 72 heures.

Mme Arroyo s'est rendue auprès des survivants dans des hopitaux débordés où des victimes étaient obligées d'attendre assises sur des chaises, parfois à même le sol.

Devant le stade, des corps étaient allongés dans la rue au milieu de détritus, recouverts de sacs en plastique ou de pages de journaux. Des membres des familles caressaient le visage de disparus.

La majorité des victimes sont des femmes d'âge moyen ou plus agées.

Certaines avaient encore les yeux ouverts et un des sauveteurs a déclaré que «ces gens n'ont eu aucune idée de ce qui leur est tombé dessus ».

«Nous espérions avoir une chance de gagner de l'argent. Jamais on n'aurait pensé que cela tournerait au cauchemar », a dit Esperanza Marasigan, une femme à la recherche des siens.

L'émission «Wowowee » permet de gagner des prix et de l'argent et, selon la police, certains campaient depuis jeudi pour s'assurer une place.

Après le drame, des centaines de personnes restaient sur place, des curieux, des gens désorientés mais aussi d'autres qui espéraient encore participer au jeu.

L'animateur du spectacle Willie Revillame avait d'abord déclaré que l'émission devait avoir lieu malgré tout, mais la chaine ABS-CBN l'a finalement reportée.

Accompagné du vice-président Noli de Castro, lui-même ancien présentateur de la chaîne, l'animateur s'est présenté aux milliers de gens présents dans le stade pour les appeler au calme.

«Ne nous en voulez pas. Ne vous inquiétez pas. Nous allons nous occuper des blessés et des morts », a-t-il dit. Le président de la chaîne, Eugenio Lopez, a assuré que ABS-CBN couvrirait les dépenses des victimes.

«L'émission aura lieu plus tard. Vous conservez vos billets », a ajouté vice-président de Castro.

Il a estimé qu'il était trop tôt pour désigner des coupables. Mais le ministre des communications, Leandro Mendoza, a déclaré qu'une commission enquêterait sur la responsabilité possible des organisateurs de l'émission.

Dans un pays où 40 pc de la population vit avec deux dollars par jour, des émissions comme «Wowowee » remportent un succès considérable. Les spectateurs venus au stade Ultra rêvaient de gagner des minibus ou des maisons, ou le prix d'un million de pesos (19.250 dollars) offert pour le premier anniversaire de l'émission.