International

La police canadienne affirme que le décès de 10 personnes heurtées par une camionnette bélier à Toronto lundi est le fait d'un acte "délibéré" non lié à "la sécurité nationale". Une source policière identifie le chauffeur suspect comme Alek Minassian, rapportent les médias canadiens. Dix personnes ont été tuées et 15 blessées par une camionnette qui s'est lancée à vive allure sur un trottoir de la capitale économique du Canada, a confirmé la police dans la soirée.

Le conducteur a agi de manière "délibérée", a déclaré le chef de police de Toronto, Mark Saunders. Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a quant à lui écarté la piste d'une attaque contre "la sécurité nationale" en laissant entendre qu'il s'agissait d'un acte isolé.

Le suspect, rapidement maitrisé et arrêté, a été identifié comme Alek Minassian, un homme de 25 ans originaire du nord de la ville. Le ministre Goodale a affirmé que son identité n'avait pas attiré l'attention des autorités pour un profil à risque en matière de terrorisme. "Il n'y a rien dans nos dossiers, nous n'avons rien à son sujet", a encore précisé le chef de la police.

Le bilan des victimes a été révisé en cours de soirée alors qu'il était initialement de neuf morts et 16 blessés.

© afp

L'ambassade belge au Canada suit de près l'évolution de la situation, mais n'a pas encore reçu d'information de la part des autorités canadiennes sur la nationalité des victimes, a indiqué à Belga le porte-parole des Affaires étrangères belges, Matthieu Branders.

"J'ai été profondément attristé d'apprendre l'attentat tragique et insensé survenu à Toronto", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau lundi soir dans un communiqué. Le terme "attentat" employé en français par le Premier ministre ne suggère pas "une connexion terroriste de nature à menacer la sécurité nationale", a précisé à l'AFP son cabinet.

Le président français Emmanuel Macron, en visite d'État à Washington, a exprimé pour sa part sa "profonde solidarité au peuple canadien".

Ces faits rappellent les modes opératoires d'attaques à la voiture-bélier dans plusieurs grandes villes, comme New York, Barcelone, Londres, Nice, Paris, Berlin ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.