International

Le Tribunal de l'UE a rejeté mercredi un recours en annulation introduit par l'eurodéputée française d'extrême droite Mylène Troszczynski, confirmant la décision du Parlement européen de recouvrer auprès de celle-ci plus de 56.000 euros pour un emploi fictif. Mme Troszczynsky (FN) est députée européenne depuis 2014. En juin 2016, le Parlement a décidé qu'un montant de 56.554 euros lui avait été indûment versé au titre de l'assistance parlementaire et que cette somme devait être recouvrée.

Le montant correspondait aux paiements effectués par le Parlement relatifs à un collaborateur engagé par l'eurodéputée frontiste en tant qu'assistant parlementaire local pour la période allant d'octobre 2014 à juin 2015. Or, ce collaborateur n'aurait jamais effectué de "tâches effectives" pour la parlementaire dans le cadre de son mandat européen.

Mme Troszczynski avait saisi le Tribunal de l'Union européenne pour obtenir l'annulation de ce recouvrement. La justice a finalement rejeté ce recours, pointant entre autres que la décision du Parlement était fondée sur le fait que la députée n'a "pas été en mesure de démontrer que son assistant assurait des tâches pour elle".