International

Une femme vêtue de noir a brandi la tête décapitée d'un enfant dans les rues de Moscou lundi matin, selon les médias russes. Une station de métro et l'accès à la rue sur laquelle cette personne a été appréhendée ont été fermés. Il s'agit de la nourrice de l'enfant, selon des sources officielles. 

Toujours selon les médias russes, le corps d'un enfant de 3 ou 4 quatre ans a été découvert lors d'une intervention après l'incendie d'un appartement. La nourrice de l'enfant serait à l'origine de sa mort. Elle l'aurait décapité, mis le feu à l'appartement et quitté les lieux. Ses motivations n'ont pas encore pu être déterminées.

"La nounou, originaire d'un pays d'Asie centrale, née en 1977, a tué l'enfant (...) avant d'incendier l'appartement et de s'enfuir", précise le communiqué du comité d'enquête.

La police a fermé la station de métro "Oktyabrskoye Pole" dans le nord-ouest de la capitale russe dans laquelle la femme aurait commencé à crier "Allahu akbar".

Un comité d'enquête a été dépêché sur les lieux. L'ensemble du quartier a été bouclé. Une équipe de déminage du FSB y est à la recherche d'explosifs.

Selon des témoins, la nounou a menacé de faire exploser une bombe peu avant son arrestation, mais aucun trace d'explosifs n'a été trouvé sur elle, a rapporté l'agence TASS citant des sources policières.

"Elle a sorti la tête de l'enfant d'un paquet et elle a marché un moment dans la rue en criant. Personne ne s'est approchée d'elle, tout le monde avait peur", a raconté un témoin cité par l'agence RIA Novosti.

La mère de la victime a été hospitalisée après la découverte du meurtre, selon la chaîne de télévision Zvezda.

Selon la chaîne de télévision populaire Lifenews, la victime s'appelait Nastia.

Sa nounou, Gultchekhra Bobokoulova, a été arrêtée près d'une station de métro dans le nord-ouest de Moscou, avec la tête de la fillette dans un sac plastique, affirme cette chaîne connue pour ses liens avec les services de sécurité russes.

Selon l'agence Interfax, la nounou est originaire d'Ouzbékistan, ex-république soviétique d'Asie centrale à majorité musulmane.

Selon une source policière citée par Interfax, elle a agi sous l'emprise de stupéfiants.

La femme qui faisait preuve d'"une conduite clairement inadéquate" a été arrêtée et subira "un examen psychiatrique", a ajouté le comité d'enquête.