Une jeune chrétienne trisomique en prison pour blasphème

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Une jeune chrétienne pakistanaise atteinte de trisomie 21 est en prison depuis plusieurs jours sous l'accusation de blasphème contre l'islam, ont annoncé dimanche des policiers et des militants.

La police a arrêté jeudi à Islamabad la petite Rimsha - qui serait âgée de 11 ou 12 ans - après avoir été informée qu'elle avait été vue en public tenant des pages brûlées sur lesquelles se trouvaient des versets du Coran et d'autres textes islamiques, a déclaré à l'AFP un responsable policier sous le couvert de l'anonymat.

Au Pakistan, où la population est très majoritairement musulmane, le blasphème est légalement punissable de mort.

La trisomie 21, ou syndrome de Down, est une maladie génétique congénitale qui entraîne notamment un déficit du développement cognitif. La petite fille a été conduite à un poste de police d'Islamabad où elle est détenue depuis, a indiqué le responsable policier.

Des musulmans en colère ont tenu des rassemblements pour exiger que Rimsha (qui est connue sous ce seul nom) soit punie, a ajouté le policier. "Nous avons dû enregistrer l'affaire rapidement pour éviter une situation déplaisante", a-t-il précisé.

Rimsha a comparu vendredi devant un tribunal et a été placée en garde à vue pour 14 jours, selon un autre responsable de la police. Elle devrait de nouveau comparaître d'ici la fin du mois.

Les accusations contre la petite chrétienne ont déclenché la colère des musulmans à Mehrabad, un quartier de la capitale pakistanaise où Rimsha vit avec ses parents et où résident quelque 800 chrétiens. Des chrétiens ont été forcés de quitter temporairement le quartier en raison de la tension.

"Ces chrétiens se sont réfugiés chez des proches dans d'autres quartiers de la ville, mais ils commencent maintenant à revenir progressivement à Mehrabad", a déclaré à l'AFP Tahir Naveed Chaudhry, responsable d'une organisation représentant les minorités pakistanaises.

M. Chaudhry, responsable de l'APMA (All Pakistan Minorities Alliance), a indiqué que Rimsha était atteinte de trisomie 21.

Il a précisé que c'était une enfant et non une adolescente comme l'a dit la police. "Elle n'a que 11 ou 12 ans", a-t-il dit.

Une des principales organisations pakistanaises de défense des droits des femmes, le Women's Action Forum (WAF), a condamné l'arrestation de Rimsha. "Le WAF est scandalisé par la totale inhumanité des hommes" qui ont dénoncé la petite fille à la police, a déclaré Tahira Abdullah, porte-parole du WAF, qui réclame sa libération immédiate.

La police, pour sa part, aurait dû traiter l'affaire dans le cadre de la législation sur les mineurs et non comme une accusation de blasphème, a estimé Mme Abdullah.

Elle a de plus accusé la police de ne pas avoir permis à des avocats ou à des représentants de la société civile de visiter Rimsha dans sa prison. L'affaire devrait relancer le débat sur la montée de l'intolérance chez les musulmans du Pakistan, où de strictes lois contre le blasphème font de la diffamation de l'islam ou du prophète Mahomet des crimes punissables de la peine capitale.

Des militants des droits de l'homme soulignent que cette législation est souvent utilisée pour résoudre des différends ordinaires, mais le gouvernement dit qu'il n'a pas l'intention de la modifier parce qu'elle est massivement approuvée par la population.

Publicité clickBoxBanner