International Dans la foulée de l'affaire Weinstein, plusieurs personnes prennent la parole pour dénoncer les cas de harcèlement dans différents domaines professionnels. C'est le cas dans le monde politique. Ainsi, l'élue Europe-Écologie-Les Verts d'Hénin-Beaumont Marine Tondelier a pris la parole dans l'émission 19h le dimanche sur France 2. 

Elle évoque son expérience lorsqu'elle était attachée parlementaire: comportements déplacés, inadmissibles observés à l'Assemblée nationale. 

"Tous les jours, vous avez des remarques sur votre tenue vestimentaire, le maquillage que vous portez, sur le fait que vous êtes bien sympathique…", explique-t-elle avant d'expliquer qu'il y avait même des parlementaires avec qui les femmes évitaient de se trouver seule. 

"Il y a des noms de parlementaires qui circulaient entre collaboratrices, car on savait qu’il ne fallait pas prendre l’ascenseur avec eux. Il y avait un risque qu’ils vous collent une main aux fesses et qu’il y ait des histoires. Il y avait une blacklist des mecs avec qui il ne fallait pas trop prendre de risques. C’est une violence sexuelle."