International

La ville de Gamboru, dans le nord-est du Nigeria, victime d'un attentat sanglant perpétré par Boko Haram mercredi matin qui a fait au moins 14 morts, déplore également la disparition de 31 bûcherons, a-t-on appris mercredi soir, de sources sécuritaires. Ces coupeurs de bois, pour la majorité âgés d'une vingtaine d'années, ont quitté cette ville de l'Etat du Borno, située à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun mardi matin pour se rendre dans une forêt "infestée" par des combattants du groupe djihadiste, ont rapporté des sources concordantes à l'AFP.

"Tout le groupe, composé de 31 jeunes hommes, a disparu depuis hier (mardi) matin, et il est clair, selon nous, qu'ils ont été kidnappés par Boko Haram", a expliqué Umar Kachalla, un chef des milices civiles qui combat auprès de l'armée nigériane dans le conflit.

Fin décembre, des combattants de Boko Haram ont abattu dix bûcherons de Gamboru dans la même zone, a expliqué un autre membre de la milice locale, Shehu Mada. Deux autres agriculteurs ont été tués dans leur champs la semaine dernière.

Plus tôt dans la journée de mercredi, un attentat suicide a fait au moins 14 morts dans une mosquée de Gamboru.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a affirmé dans son discours de la nouvelle année que le Nigeria "en a fini avec Boko Haram", mais le nombre d'attaques, d'attentats et de raids sur les postes militaires ont fortement augmenté ces deux derniers mois.