International

La voiture soupçonnée d'avoir percuté des militaires, ce mercredi matin à Levallois-Perret, a été interceptée sur l'autoroute en direction du nord de la France et son conducteur, blessé par balle par la police, a été interpellé, a-t-on appris de sources concordantes. L'interception, "musclée", s'est déroulée en début d'après-midi sur l'autoroute en direction de Calais, selon une source proche de l'enquête.

"L'homme interpellé, né en 1980, est susceptible d'être l'auteur" de l'attaque d'une patrouille de militaires à Levallois-Perret mercredi matin, "car il était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite", selon une source judiciaire.

Pour échapper à son arrestation, le conducteur a percuté un ou plusieurs véhicules, les policiers ont alors fait feu à plusieurs reprise, le blessant, a ajouté cette source.

Depuis janvier 2015, la France est visée par une vague d'attentats jihadistes, pour la plupart revendiqués par le groupe État islamique (EI), qui a fait au total 239 morts. Les dernières ont tout particulièrement visé les forces de l'ordre, sur des sites emblématiques.

Six militaires blessés

"Ce matin vers 8h00, un véhicule a percuté des militaires de l'opération Sentinelle en patrouille à Levallois-Perret. Six militaires du 35e régiment d'infanterie de Belfort ont été blessés, dont trois plus grièvement, sans que leur pronostic vital ne soit engagé", a précisé la ministre française des Armées Florence Parly dans un communiqué. "L'enquête en cours déterminera ses motivations et les circonstances dans lesquelles il a agi", a-t-elle ajouté.


La ministre a condamné "avec la plus grande fermeté cet acte lâche qui n'entame en rien la détermination des militaires à oeuvrer pour la sécurité des Français".

© ipm

La préfecture du département des Hauts-de-Seine a évoqué un "acte a priori volontaire", à propos de cet incident qui intervient quatre jours après une tentative d'attaque contre d'autres soldats en patrouille antiterroriste sur le site de la Tour Eiffel à Paris.

L'attaque a eu lieu devant une caserne militaire située au centre de Levallois-Perret, limitrophe de Paris, selon Patrick Balkany, le maire de cette ville de banlieue "calme et sécurisée", où selon lui, "il n'y a jamais eu d'incidents".