International

Au départ, assez étrangement, aucune rencontre n'était officiellement prévue avec le chef de l'Etat congolais lors de cette première tournée en Afrique centrale du nouveau chef de la diplomatie belge. Mais comme souvent en RDC, le programme du visiteur belge de haut rang a été chamboulé dès son arrivée.

M. Vanackere effectuera dès lors mardi un aller-retour entre Kinshasa et Lubumbashi, la deuxième ville de la RDC, située à quelque 1.500 km de la capitale, pour rencontrer M. Kabila qui y séjourne depuis quelques jours après une visite la semaine dernière au Mozambique. Aucune précision n'a été fournie sur le contenu de l'entretien. Mais le ministre a laissé entendre qu'il serait notamment question de la participation belge aux commémorations du cinquantenaire de l'indépendance de l'ex-Congo belge, le 30 juin Prochain.

"Nous parlerons certainement du portefeuille de projets que nous avons en commun, mais aussi, de la commémoration de l'événement qui nous met ensemble: le cinquantenaire de l'indépendance que nous entendons célébrer en totale amitié avec nos partenaires belges, parce que c'est un événement historique qui concerne nos deux pays", avait pour sa part affirmé dimanche le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga.

Les autorités congolaises, dont le ministre des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba, évoquent régulièrement la possibilité d'une invitation au roi Albert II à se rendre en RDC le 30 juin prochain, alors que les relations sont revenues au beau fixe entre la Belgique et son ancienne colonie, après une crise profonde en 2008.

La dernière visite royale dans l'ancienne colonie remonte à 1985, lorsque le roi Baudouin s'était rendu au Zaïre, alors dirigé par le maréchal Mobutu Sese Seko, lors du 25ème anniversaire de l'indépendance. Souvent évoqué, un déplacement du souverain à Kinshasa le 30 juin requiert l'aval du gouvernement belge, qui n'a pas encore pris position, faute - à ce jour - d'invitation en bonne et due forme.