International

L’heure d’un "accord final" entre Belgrade et Pristina serait venue. Une "correction des frontières" serait désormais sur la table. Une réforme qui pourrait rouvrir les plaies des frustrations territoriales.

L’idée revient comme un serpent de mer dès qu’une nouvelle crise menace les Balkans : pour bâtir une paix durable, il faudrait prendre le risque de redessiner les frontières de la région, car seules des limites "ethniques" seraient à même de répondre aux frustrations territoriales accumulées… Aussitôt, c’est une levée de boucliers [...]

(...)