International

L'ancien secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé, interpellé mercredi dans la nuit après avoir été arrêté en état d'ébriété à la sortie d'un bar, dans le quartier latin, à Paris, a vu sa garde à vue prolongée jeudi soir, a-t-on appris de source judiciaire.

Il est entendu par la police pour des faits d'"outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique, insulte à caractère racial et violence sans incapacité commise sous l'empire de l'ivresse", selon la source judiciaire, confirmant une information de RTL.

De source policière, Jean-Vincent Placé, dont l'alcoolémie a été mesurée à 1,16 g par litre de sang, a insulté la cliente d'un bar du VIe arrondissement de la capitale. Une source proche de l'enquête a précisé qu'il lui aurait proposé de l'argent pour danser avec lui et qu'elle aurait refusé.

Le videur a alors mis à la porte l'ancien sénateur qui, se présentant comme ministre, l'a menacé "de le renvoyer chez lui" en référence aux origines étrangères de l'employé, a rapporté la source policière.

Alertés, les policiers ont été pris à partie verbalement à leur arrivée par l'ancien responsable politique qui a de nouveau évoqué ses anciennes fonctions avant d'être interpellé.

Ce n'est pas la première fois que l'ancien secrétaire d'Etat est épinglé pour son comportement en état d'ébriété, notamment en pleine séance au Sénat, comme le rappelle Europe 1.

Jean-Vincent Placé s'est retiré de la vie politique en septembre 2017.