International

L'ONG Save the Children a sorti son rapport annuel "La guerre faite aux enfants" et dénonce la situation alarmante des enfants qui vivent dans des zones de conflits. Ils sont 357 millions dans ces zones (1 sur 6) et plusieurs dizaines de milliers de mineurs y ont été tués ou blessés en 2016. Depuis 20 ans, la durée des conflits augmente, ce qui rend les effets encore plus dévastateurs, rapporte Le Monde.

© Save the children

Après le Nigéria, les pays du Moyen-Orient restent les zones les plus dangereuses au monde pour les jeunes. D'autres conflits moins médiatisés touchent également de nombreux mineurs, comme la guerre des cartels qui sévit au Mexique depuis 2006. C'est le deuxième conflit le plus mortel au monde, derrière la Syrie.

© Save the children

Depuis 1995, le nombre de pays en guerre a diminué, passant de 66 à 52, mais le nombre d’enfants vivants dans ces zones a quant à lui augmenté.

© Save the children

En fonction des zones, ces innocents sont tués, blessés, mutilés ou enlevés. La Syrie et le Yémen restent les deux pays avec le taux de mortalité infantile le plus élevé. A cause du groupe terroriste Boko Haram, le Nigéria est le pays qui compte le plus d'enlèvements ces dernières années. 

Le nombre de minuers utilisés dans ces pays pour perpétrer des attentats-suicides ou pour participer à la guerre a augmenté, pour dépasser les 7000 cas. La violence sexuelle est également une des armes de prédilection des pays en guerre. 

© Save the children

Pour l'organisme, il est plus que temps de mener une action collective pour stopper la montée de violence et d'indifférence et protéger au mieux la jeunesse. Save the children propose différentes solutions: empêcher au maximum que les enfants soient mis dans des situations dangereuses, augmenter le soutien international, punir les auteurs de viols et essayer de reconstruire les vies brisées.