La personnalité Récompensé en avril du prix de l’ambassadeur de conscience par Amnesty International, Kaepernick (au centre) divise l’Amérique.

Nike vient de choisir Colin Kaepernick comme l’un des visages de sa nouvelle campagne publicitaire, pour les 30 ans de son célèbre slogan Just do it. Un choix très audacieux tant Kaepernick divise la société américaine.

En 2016, le quaterback décide de s’agenouiller pendant l’hymne américain qui précède chaque match, en signe de protestation contre les violences policières faites aux Noirs américains. "Je ne vais pas me lever pour démontrer ma fierté envers le drapeau d’un pays qui opprime les Noirs et les personnes de couleur", déclare alors le sportif. Un geste qui lui vaut l’admiration de certains mais aussi la haine de ceux qui l’accusent d’insulter la mémoire des soldats morts au combat.

Le joueur métis devient alors l’ennemi d’une partie de l’Amérique et notamment de son président. En 2017, Donald Trump déclare, à propos de Kaepernick et des joueurs s’étant joints à lui, qu’il faut "virer ces fils de pute". Une insulte à laquelle la mère adoptive du footballeur répondra sur Twitter : "J’imagine que ça fait de moi une pute fière."

Né en 1987, fils d’un père noir parti avant sa naissance et d’une mère blanche de 19 ans, Colin Kaepernick est adopté par un couple de parents blancs, Rick et Teresa Kaepernick, quand il a 6 semaines. Adolescent, le jeune homme excelle en sport. Il reçoit plusieurs offres de bourse pour le baseball mais veut absolument jouer au football américain et accepte dès lors la bourse que lui offre l’Université du Nevada. Diplômé, Kaepernick est engagé par les 49ers de San Francisco en 2011. À la fin de sa deuxième saison au club, il porte son équipe jusqu’au Superbowl, la finale de la ligue nationale de football américain (NFL). Son équipe perd mais Kaepernick s’est fait un nom. Les saisons qui suivent sont plus compliquées et le joueur devient le paria de la ligue après son geste controversé. Sans club depuis plus d’un an, il attaque en justice les équipes de NFL et la ligue qu’il accuse de s’être entendues pour le bannir de son sport. Il peut en tout cas compter sur Nike qui ne l’a pas lâché, contrairement à la plupart de ses autres sponsors. "Nous croyons que Colin est l’un des sportifs les plus charismatiques de sa génération qui utilise la puissance du sport pour faire bouger le monde", a déclaré l’un des dirigeants de Nike pour justifier ce choix très "politique".