La personnalité L’ex-CEO de la société Theranos, qui est accusée de fraude, a accepté une transaction avec le gendarme de Wall Street.

En 2015, après avoir réussi à mettre sur pied une entreprise censée procéder en un temps record et pour pas cher à des centaines de tests médicaux basés sur quelques gouttes de sang, Elizabeth Holmes (34 ans) est la plus jeune femme milliardaire ayant démarré à partir de rien. Sa société a crû rapidement à coups de levées de fonds, a engagé des collaborateurs à tour de bras, et est estimée à l’époque à quelque 9 milliards de dollars, alors qu’elle en détient encore 50 % du capital. 

Mais très vite, des observateurs vont tester ses tests et, en comparant les résultats à ceux de laboratoires conventionnels, constater des écarts significatifs qui vont jeter le doute sur la valeur du projet d’Elizabeth Holmes. Le très sérieux "Wall Street Journal" enfonce le clou, ce qui met en branle l’appareil judiciaire. La procédure prend du temps. 

La semaine dernière toutefois, le gendarme boursier américain, SEC (Securities and Exchange Commission), l’annonce clairement : la patronne de Theranos et son management ont trompé les investisseurs pour lever des centaines de millions de dollars. 

Selon la SEC, Elizabeth Holmes et l’ancien président de Theranos Ramesh Balwani auraient levé "plus de 700 millions de dollars auprès d’investisseurs au travers d’une fraude élaborée qui a duré plusieurs années, pendant lesquelles ils ont exagéré ou menti à propos de la technologie, des activités et des performances financières de l’entreprise de biotechnologie".

Ce dénouement, que la SEC présente comme une "leçon" pour la Silicon Valley, vient acter la chute d’Elizabeth Holmes, que certains comparaient à Steve Jobs, le défunt patron-fondateur d’Apple. 

En réalité, affirme la SEC dans un communiqué, le système vanté par la start-up - basée à Palo Alto, en plein cœur de la Silicon Valley - "ne permettait de réaliser qu’une toute petite quantité de tests, et la société réalisait l’immense majorité des tests des patients avec d’autres dispositifs fabriqués par d’autres [entreprises]"

Le chiffre d’affaires 2014, avancé à 100 millions de dollars, ne s’est en fait élevé qu’à… 100 000 dollars. Entre autres peines, Mme Holmes a accepté de payer une amende de 500 000 dollars, et perd le contrôle de l’entreprise.