La personnalité Né à Canton, Ieoh Ming Pei a notamment conçu la pyramide du Louvre.

L’architecte Ieoh Ming Pei, qui fête ses cent ans ce 26 avril, reste célèbre pour avoir conçu la pyramide du Louvre, devenue un emblème après avoir été vivement contestée. Né à Canton, Ieoh Ming Pei, fut formé à l’école rationaliste, d’abord au MIT (Massachusetts Institute of Technology), puis à Harvard (1948) où il fut l’élève de Walter Gropius, fondateur du Bauhaus. A la fin de ses études à Shanghai, âgé de seulement dix-sept ans, il choisit d’étudier aux Etats-Unis. Diplômé en 1940, le jeune architecte ne peut retourner dans son pays à cause de la guerre sino-japonaise. Il participe à l’effort de guerre américain au sein du National Defense Research Committee avant de rejoindre la Harvard Graduate School of Design sous la direction de Walter Gropius. Le premier projet réalisé de Pei, en 1948, sera le Gulf Oil Building, à Atlanta, bâtiment épuré et fonctionnaliste qui l’impose comme un héritier de Ludwig Mies van der Rohe. 

Naturalisé en 1954, il signe des projets à Washington D.C. (L’Enfant Plaza), New York (Kips Bay Towers) ou Philadelphie (Society Hill Towers), constitutifs du "style international" qui marque les années 1950-1960. Son premier grand œuvre sera le John F. Kennedy Presidential Library and Museum. Initié au lendemain de l’assassinat du président américain, inauguré en 1979, l’édifice innove avec une aile au plan triangulaire qui devient la marque de fabrique de Pei. A la même période, il signe le plan de la nouvelle National Gallery of Art de Washington, qui redéfinit l’espace muséal avec un grand hall d’accueil, surmonté de puits de lumière, qui mène aux différentes galeries, en périphérie. Pei anticipe la croissance de la fréquentation des musées d’art. C’est en visitant ce bâtiment que le président français François Mitterrand aura l’idée de solliciter l’architecte pour le réaménagement du Louvre, premier projet européen de Pei qui a reçu le prix Pritzker, le "Nobel de l’architecture", en 1983. Il déplace l’accès du Louvre sous l’esplanade, et la marque par une pyramide de verre. Contestée à l’époque, elle est aujourd’hui, selon le président du Louvre, Jean-Luc Martinez, le "symbole de la modernité du musée" et "un emblème de Paris à travers le monde".