La personnalité

Après avoir promis à ses électeurs de mener une "nouvelle politique historique", le pouvoir conservateur polonais pourrait déchoir de l’Ordre du Mérite Jan Tomasz Gross, auteur d’ouvrages sur l’implication de Polonais dans l’Holocauste.

En 2000, ce professeur de sociologie à l’Université Princeton, d’origine juive polonaise, a provoqué un choc en Pologne avec son livre "Les Voisins : 10 juillet 1941, un massacre de juifs en Pologne". Il y révèle le Pogrom de Jedwabne dans lequel quelque 1 600 Juifs furent brûlés vifs par leurs voisins dans une grange de ce village du nord-est du pays, alors sous l’occupation de l’Allemagne nazie. Gross, sociologue de formation et historien par passion, a encore choqué en affirmant en septembre au journal allemand "Die Welt" que les Polonais avaient "tué plus de Juifs que d’Allemands". L’antisémitisme passé expliquerait, selon lui, l’opposition actuelle des Polonais à accueillir les migrants.

Suite à ces propos, "la présidence a reçu de nombreuses lettres et e-mails demandant à retirer cette distinction au professeur (Gross). Le président (Andrzej Duda) a estimé qu’il n’était pas possible d’ignorer ces demandes et a envoyé une demande d’avis à ce sujet au ministère des Affaires étrangères qui, dans le passé, l’avait décernée", a déclaré mercredi le porte-parole de la présidence à la radio TOK FM. "Aucune décision n’a encore été prise. La question n’a pas été tranchée", a-t-il précisé.

Cette distinction avait été décernée à M. Gross en 1996 par le président Aleksander Kwasniewski, pour son combat contre l’ancien régime communiste dans les années 1960, avant que le sociologue ne quitte la Pologne pour les Etats-Unis suite aux purges antisémites du pouvoir communiste de 1968.

Le Prix Nobel de la Paix Lech Walesa, chef historique de Solidarnosc, a estimé que Gross devrait lui-même rendre la médaille. D’ici là, on attend un jugement de la justice qui mène une enquête sur une possible "offense à la nation" par l’intéressé. Un délit passible de trois ans de prison.