La personnalité "El Chapo" est accusé d’avoir dirigé 25 ans durant le plus puissant cartel de drogue au monde.

Il est accusé d’avoir dirigé 25 ans durant le plus puissant cartel de drogue au monde : le Mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman, extradé aux États-Unis en 2017, sera jugé sous haute sécurité à New York dès ce lundi.

Il a été le baron de la drogue le plus puissant au monde mais ne serait aujourd’hui plus que l’ombre de lui-même : isolé dans sa cellule 23 heures sur 24, il ne peut voir que ses avocats et ses jumelles de sept ans. La chute est rude pour celui qui était mondialement connu pour ses évasions rocambolesques des prisons mexicaines - en 2001, il s’échappe caché dans un bac à linge sale et, en 2015, il s’évade par un tunnel de 1,5 kilomètre débouchant sous la douche de sa cellule. Son arrestation, en 2016, a mis fin à des décennies de traque par les autorités.

Joaquin Guzman est l’un de ces narcotrafiquants partis de rien : né en 1957 dans une famille pauvre dans les montagnes de Sinaloa, au nord-ouest du Mexique, il travaille dès l’enfance en vendant oranges, caramels et boissons gazeuses. Comme il le racontera à l’acteur Sean Penn lors d’un entretien en octobre 2015 censé rester secret mais qui contribuera à son arrestation, il se met, adolescent, à cultiver marijuana et pavot, faute d’alternatives. Il sera ainsi recruté par le chef du cartel de Guadalajara, Miguel Angel Felix Gallardo, surnommé "le parrain" des cartels mexicains modernes. Après l’arrestation de Gallardo en 1989, Guzman fonde avec trois associés le cartel de Sinaloa, dont il fera en quelques années un empire aux ramifications européennes et asiatiques. "Je fournis plus d’héroïne, de méthamphétamine, cocaïne et marijuana que n’importe qui dans le monde. J’ai des flottes de sous-marins, d’avions, de camions et de bateaux", se vantait-il dans l’interview à Sean Penn. S’il alimentait une image de Robin des Bois aidant les pauvres et ridiculisant les puissants, Guzman a aussi mené une lutte ultra-violente contre ses rivaux, une guerre entre cartels qui ravage toujours le Mexique.

Au moment de sa dernière arrestation, en 2016, "El Chapo" se cachait avec sa troisième femme, Emma Coronel, une reine de beauté de 32 ans sa cadette, et leurs jumelles. S’il est condamné au procès qui débute ce jour à New York, il risque la prison à perpétuité.