La personnalité Née en 1960, bourgmestre de Grimbergen depuis 2010, elle ne sera plus candidate en 2018.

Marleen Mertens sera-t-elle la fossoyeuse de l’Eurostadium ? Grimbergen, dont elle est la bourgmestre CD&V, a dressé un nouvel obstacle sur la très tortueuse route de la construction du nouveau stade national sur le site du parking C, situé sur la commune, en rendant un avis négatif sur la demande de permis environnemental déposée par la société Ghelamco.

Une décision prise lundi soir, avec ses partenaires de majorité Groen et Open VLD et justifiée par la non-conformité aux exigences du plan d’aménagement du territoire, le manque d’analyse des conséquences sur le plan de la mobilité, la non-prise en compte des autres projets envisagés sur cette zone, tel NEO, et les craintes de surcharge. "Bref, ce n’est pas l’endroit idéal pour ce projet", a tranché la bourgmestre.

Ce refus constituera sans doute l’un des derniers faits d’armes de cette femme politique de terrain, qui dit apprécier la bonne bouffe et les kermesses.

Marleen Mertens, née à Grimbergen il y a 57 ans et qui dirige la commune depuis 2010, ne sera en effet plus candidate aux communales de 2018. La section locale lui a préféré son échevin de l’enseignement pour tirer la liste CD&V. Marleen Mertens n’a pas apprécié. Déçue, elle ne jouera pas les seconds rôles.

Ce n’est pas le style de cette économiste de formation, entrée en politique en 1982, et dont les francophones du pays garderont l’image d’une dure à cuire sur le plan communautaire. En 2011, par crainte de la perte du caractère flamand de Grimbergen, elle avait appelé ses concitoyens à dénoncer les commerçants qui ne parlent pas le néerlandais…