La personnalité L’ancien banquier de 49 ans présente un profil plus rassurant pour l’Europe.

Décidément, les banquiers ont le vent en poupe en politique ces derniers temps. Le nouveau Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki en est le dernier exemple en date. Cet ancien banquier, qui avait déjà en charge le ministère des Finances, a succédé fin de semaine dernière à Mme Szydlo à la tête du gouvernement. Un changement de cap radical pour le gouvernement polonais qui s’explique notamment par la crainte d’un essoufflement de l’économie locale qui, si elle tourne bien, n’en a pas moins besoin tant d’investissements étrangers que de subventions européennes. Des mannes européennes qui pourraient être réduites en raison de tensions avec Varsovie sur plusieurs dossiers (réformes judiciaires, refus de l’accueil des réfugiés…).

Varsovie veut rassurer et Mateusz Morawiecki, à 49 ans, a le profil tant recherché, lui qui a fait ses études dans plusieurs pays occidentaux et parle aussi bien l’anglais que l’allemand, ce qui représente déjà un gage d’ouverture selon la grille de lecture des responsables polonais.

Cet ancien banquier est un étatiste convaincu. Fils d’un ancien opposant anticommuniste radical, historien formé à l’Université de Wroclaw, il a fait ensuite des études économiques et de droit aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse, bénéficiant aussi d’une large culture générale. En 2015, il a renoncé à son poste lucratif de président de la Bank Zachodni WBK (groupe Santander) pour entrer au gouvernement PiS comme ministre du Développement et vice-Premier ministre. En 2016 il a pris également le portefeuille des Finances.