La personnalité Un véritable boulimique de travail qui, malgré son accident de santé récent, est resté omniprésent en politique locale.

"J’ai perdu l’usage de mes jambes mais pas de ma tête", confiait fin 2014 le Liégeois Paul-Emile Mottard, un an après un accident cardiovasculaire qui l’a rendu paraplégique. De quoi résumer l’état d’esprit de ce battant et véritable boulimique de travail que son accident de santé récent (doublé d’une longue indisponibilité) n’a pas rendu moins omniprésent en politique locale.

Né à Herstal le 21 mars 1952 et issu du sérail socialiste, Paul-Emile Mottard a la culture chevillée au corps. C’est en effet en tant qu’attaché au cabinet du ministre de la Culture de la Communauté française qu’il débute sa carrière dès 1977 à l’issue de ses études. Dans la foulée, au début des années 80, il est chargé des relations publiques du Conservatoire de Liège puis devient directeur de la communication de l’Orchestre philharmonique qui n’était pas encore royal à l’époque.

Cet apparatchik socialiste, présent sur des listes électorales depuis 1977 et réélu sans discontinuer à la Province où il est devenu chef du groupe du PS en 1996, y aura passé au total une quinzaine d’années, parfois compliquées sur le plan humain, puisqu’il fut aussi directeur des affaires générales. Suite aux élections de 2000, Paul-Emile Mottard monte dans un exécutif provincial qu’il ne quittera plus, devenant député permanent puis provincial en charge tant de la Culture, de la Jeunesse et du Logement que du Tourisme et des Fonds européens.

Soit des matières dans lesquelles le communicant qu’il est resté, tout aussi efficace à cet égard qu’il est exigeant avec les membres de son cabinet ou de son administration, s’efforcera de laisser sa patte, et ce notamment dans le domaine culturel. C’est ainsi notamment qu’outre l’emblématique projet de bibliothèque à Bavière qu’il porte contre vents et marées, il met sur pied le centre Wallonie Design mais aussi le bureau d’accueil des tournages en province de Liège ou encore le programme de soutien musical "Ça balance". Autre particularité de celui qui sera amené à accéder à la présidence du CA de l’intercommunale Publifin le 30 mars prochain : celui d’être un champion en termes de cumul des mandats puisqu’il en totalisait encore l’an dernier 26 dont 7 rémunérés.Bruno Boutsen