La personnalité Lee Hsien Loong, Premier ministre singapourien depuis 2004, a notamment amélioré les relations avec Pékin.

Il est devenu, ces derniers jours, l’un des personnages les plus épiés de la planète en étant l’hôte du sommet entre Kim Jung-Un et Donald Trump. Lee Hsien Loong, le Premier ministre de Singapour, 66 ans, occupe ce poste depuis 2004.

Fils aîné du premier Premier ministre Lee Kuan Yew, considéré comme le "fondateur" de l’Etat singapourien, il s’intéresse dès le plus jeune âge à la politique. Enfant, il suivait souvent son père sur les meetings.

Sa mère, Kwa Geok Choo, était une pionnière du combat pour la défense des droits de la femme à Singapour. Lorsque l’Etat-ville a été séparé de la Fédération de Malaisie, Kwa Geok Choo a rédigé une partie de l’accord de séparation. Après avoir terminé ses études supérieures à l’Université Harvard, il a servi dans les forces armées de Singapour pendant une brève période et a atteint le grade de brigadier général en trois ans. Mais l’uniforme ne lui convenant guère, il quitte alors l’armée pour s’engager en politique. Elu au parlement, il entre rapidement au gouvernement où il devient une des figures clés de la transition politique du pays. 

En décembre 1984, à 32 ans, il est élu député. Un an plus tard, il est bombardé président du Comité économique, créé pour relancer l’économie de Singapour. C’est ce comité qui a recommandé une réduction des impôts des sociétés et des particuliers et proposé l’introduction de la taxe à la consommation. En 1986, il devient ministre intérimaire du commerce et de l’industrie. L’année suivante, en 1987, il est ministre à part entière du Commerce. Une trajectoire très - trop ? - rapide qui va lui attirer nombre de critiques et des accusations de favoritisme. Lee n’en a cure et poursuit sa route jusqu’au 12 août 2004 quand il est désigné Premier ministre. Il rempile en 2011 et cette année-là, avec le départ de plusieurs cadors, Lee a les mains plus libres pour constituer son équipe. Il a longtemps été considéré comme le leader le mieux payé au monde. Avant 2012, et le passage à une "certaine austérité", il empochait 2,8 millions de dollars par année. Il doit se contenter désormais de 1,7 million.

Lee Hsien Loong a une sœur et un frère cadet qui est à la tête de l’Autorité de l’aviation civile de Singapour.