La personnalité

La saga est digne d’un mauvais "drama" à l’américaine. Le "happy end" en moins.

Lundi, "the Luv Guv" - "le gouverneur amoureux" comme le surnomme la presse américaine - a démissionné de son poste de gouverneur d’Alabama. Depuis plus d’un an, il s’obstinait à défendre son image d’honnête chrétien malgré les rumeurs de plus en plus persistantes qui circulaient sur sa relation amoureuse avec l’une de ses conseillères, Rebekah Mason.

Les deux amants se seraient rencontrés dans une église baptiste (ça ne s’invente pas…), où le diacre Bentley donnait des cours bibliques. Alors dermatologue, il se reconvertit en politique.

Son image d’homme honnête, qui mène une lutte incessante contre la corruption est appréciée dans cet Etat du sud des Etats-Unis ultraconservateur et fief des Républicains. Robert Bentley y est élu gouverneur en 2010 puis en 2014, avec Mason à ses côtés, d’abord comme porte-parole, puis comme conseillère politique. Jusque-là, malgré certaines rumeurs sur une relation entre les deux, tout va bien.

En août 2015, à la surprise générale, Diane Bentley, la femme du Républicain, demande le divorce après 50 ans de mariage. Mais rien ne prouve encore la liaison adultère de son mari.

La bombe explose en mars 2016. Un enregistrement téléphonique entre Robert Bentley et sa maîtresse en 2014 est envoyé dans plusieurs rédactions. La fuite est l’œuvre de Diane Bentley, qui a enregistré les échanges plutôt (voire très) crus entre les deux amants à l’insu du gouverneur. Mason démissionne. Mais sa démission n’étouffe pas la charge médiatique. La presse se délecte de détails parfois scabreux de cette histoire. Elle révèle notamment l’existence de SMS destinés à sa maîtresse mais envoyés par erreur à sa femme.

Vendredi, le gouverneur affirmait toujours n’avoir "rien fait d’illégal". Mais lundi, sous la pression d’une destitution et de poursuites pénales, il a reconnu des irrégularités liées à des fonds de campagne et avoir payé une facture de sa maîtresse avec l’argent de cette même campagne. Il risque maintenant un an de liberté conditionnelle et doit rendre 37 000 dollars de fonds de campagne. Une aventure amoureuse cher payée.