La personnalité "Noces", qui vaut à Stephan Streker une nomination aux César et huit aux Magritte, s’inspire librement de l’affaire Sadia Sheikh pour traiter avec tact le thème des mariages arrangés.

Vendredi 2 mars, salle Pleyel à Paris, Stephan Streker aura un fauteuil réservé pour assister la 43 e remise des César du cinéma français présentée par Manu Payet. Un très bon fauteuil, très bien placé, à côté du Britannique Christopher Nolan (Dunkerque), de l’Egyptien Tarik Saleh (Le Caire Confidentiel), du Russe Andreï Zviaguintsev (Loveless), de l’Américain Damien Chazelle (La La Land), du Suédois Ruben Östlund (The Square, Palme d’or) et bizarrement du Français Marc Dugain (L’Échange des princesses). Bref la rangée du "meilleur film étranger", catégorie dans laquelle figure son film "Noces".