Planète

L'Unesco vient de désigner 19 nouveaux sites qui feront partie du patrimoine mondial. Si la majorité de ces endroits sont à des milliers de kilomètres de distance, d'autres sont en Europe, à quelques heures d'avion.

Aujourd’hui se conclut à Manamah, au Barhreïn, la 42e session du Comité du patrimoine mondial. Du 25 juillet au 4 juillet, l'Unesco, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture a désigné les nouveaux sites naturels, culturels ou mixtes qui font partie du patrimoine mondial.

L'Unesco, fondée en 1945, sélectionne chaque année des endroits particulièrement impressionnants et intéressants. Cette année, 19 sites ont été rajoutés à la liste et un site naturel a été étendu: treize sites rentrent dans le patrimoine culturel, trois dans le patrimoine naturel et les trois derniers sont mixtes. Sur un total de 1092 sites, la plupart sont des sites culturels, suivis par les sites naturels et enfin par les espaces dits "mixtes".


Les nouveaux sites près de chez nous

Parmi les espaces désignés, six sites culturels et un naturel se trouvent en Europe.

Aasivissuit-Nipisat, au Danemark

Cet espace situé dans la région occidentale du Groenland garde les traces de 4200 ans d'histoire. Les sites archéologiques et la culture basée sur la pêche et la chasse revêtent un témoignage, pour l'Unesco, de la capacité de l'homme à s'adapter aux différents habitats naturels.


La cathédrale de Naumburg, en Allemagne

Édifiée à partir de 1028, la cathédrale est un exemple de la transition entre l'art roman et l'art gothique, comme le montre l'intégration de deux chœurs gothiques à la structure romane.

© REPORTERS

Ensemble archéologique frontalier de Hedeby et du Danevirke, en Allemagne

Toujours en Allemagne, les deux sites comprennent respectivement les restes d'une ville commerciale au début du IIe millénaire avant notre ère et une ligne de fortification qui traverse le Schleswig, le trait qui sépare la péninsule du Jutland du reste du territoire continental. Cet endroit garde les traces de l'évolution des rapports entre la Scandinavie et le reste de l'Europe.

© REPORTERS

Göbekli Tepe, en Turquie

Le site comprend des piliers mégalithiques en forme de T et disposés en créant un périmètre circulaire ou rectangulaire -un peu comme ceux de Stonehenge. Les structures, avec des sculptures d'animaux sauvages, remontent au Néolithique, entre 9600 et 8200 avant notre ère.


Ivrée, en Italie

La ville s'érige dans le nord de l'Italie, dans la région du Piémont. Ce qui rentre dans le patrimoine mondial est l'ensemble de la cité industrielle, conçue par des architectes italiens entre 1930 et 1960, et devenue le centre de production de la machine à écrire Olivetti. Selon l'Unesco, "Ivrée exprime une vision moderne de la relation entre la production manufacturière et l’architecture".

Ville califale de Medina Azahara, en Espagne

Cette ville remonte au Xe siècle et reste un témoignage archéologique de la dynastie des Omeyyades. La ville fut le siège du califat de Cordoue jusqu'à sa fin, en 1009-1010. Pour l'Unesco, Medina Azahara est un symbole important de la présence islamique en Europe.

© AFP

Haut lieu tectonique Chaîne des Puys - faille de Limagne

Le seul site naturel européen est en France et comprend le territoire de la faille de Limagne, les volcans de la Chaîne des Puys et le relief inversé de la Montagne de la Serre. Le paysage serait le fruit de 35 millions d'années.

© RGB

Les critères pour y accéder

Chaque pays peut présenter les sites de son choix. Pour rentrer dans le classement, les différents endroits doivent répondre à un des dix critères établis. Par exemple, le monument en question doit être le fruit du génie humain; il doit correspondre, pour ses caractéristiques, à une période précise de l'histoire humaine ou apporter un témoignage d'une culture disparue. La beauté esthétique et naturelle sont également des critères pris en compte.

Pour l'Unesco, la vraie valeur ajoutée de ces sites réside dans le fait d'être en lien avec des traditions et des croyances existantes, ou de témoigner, à l'inverse les différents grades de l'histoire de la Terre. Autrement dit, il faut que ces sites aient une haute valeur symbolique d'un point de vue historique, naturel ou artistique.

Un statut qui peut être retiré

Il est rare que ces sites soient retirés de la liste. Rare, mais pas impossible. Pour l'instant, seulement deux endroits ont été exclus : c'est le cas du sanctuaire de l’oryx arabe à Oman en 2007, et de la vallée de l'Elbe à Dresde, en Allemagne. Dans les deux cas, des interventions sur les sites ont mis à mal ce que l'Unesco définit comme la "valeur universelle exceptionnelle". A Oman, les autorités avaient décidé de réduire de 90% la surface de la zone protégée. A Dresde, la construction d'un pont a provoquée l'exclusion du site en 2009.

Les 5 pays les plus riches en patrimoine culturel...et la Belgique

L'Allemagne et l'Italie gagnent alors des des sites, et restent respectivement à la quatrième et à la première place dans le classement des pays les plus riches en sites reconnus par l'Unesco. Par rapport à ces pays, la Belgique compte seulement 13 sites. Cette année, la candidature belge pour les sites mémoriels et funéraires de la Première Guerre a été recalée.