Planète

Les autoroutes urbaines et les enseignes lumineuses de l’agglomération de Naha ont laissé la place à la forêt subtropicale qui descend des collines du parc national de Yanbaru. Les vagues de la mer de Chine orientale viennent lécher les digues derrière lesquelles quelques maisons repoussent les assauts de la végétation.

Emiko Kinjo connaît le nom des papillons qui dansent dans son potager, celui des arbres de la montagne et des herbes qu’elle cultive pour les clients de son restaurant. "La terre donne sa force aux végétaux, c’est l’âme de ce pays qui nous maintient en vie", raconte-t-elle. Durant des siècles, les habitants d’Okinawa se sont nourris des poissons de la barrière de corail et des plantes endémiques de l’archipel, un régime pauvre en matière grasse et en sucre qui fit de cette région méridionale du Japon celle ayant la longévité la plus élevée du monde.

>> Longtemps, les habitants de l’archipel d’Okinawa, la région la plus méridionale du Japon, se sont targués de posséder la meilleure espérance de vie de la planète.

>> Mais le régime alimentaire à base de légumes et d’algues à l’origine de cette longévité est menacé par les influences occidentales et par le réchauffement climatique.