Planète

Avant d’entrer dans ce qu’ils présentent comme le plus grand élevage urbain d’insectes – en l’occurrence des grillons – en Europe, les fondateurs de la jeune entreprise bruxelloise Little Food nous invitent vivement à ôter nos pulls et vestes : “A l’intérieur, il fait 31° et il y a 75 % de taux d’humidité”. On se dit que, avec 600000 bestioles, ça va grouiller, sauter de partout et fleurer bon l’ambiance de Provence, mais pas du tout. Peu chantant lors de notre intrusion, les insectes se déplaçaient paisiblement se déplacer entre les alvéoles de boîtes à œufs en carton, installées comme habitat dans des boxes alignés. “Les grillons se déplacent en marchant et ne sautent que si on les embête”, nous dit Raphaël Dupriez, responsable commercial et animations, l’un des co-fondateurs de Little Food, en les bousculant d’un revers de main pour nous prouver qu’alors, ils peuvent sauter. Et qu’ils sont bien vivants avant de “passer à la casserole”.

© Little Food/Facebook

Car s’ils élèvent des grillons, c’est en effet pour les manger. Spécialisée dans la production, la préparation et la promotion du grillon en tant qu’aliment, Little Food, qui a démarré en 2013, vient d’ouvrir sa ferme insolite au sein de Greenbizz, un incubateur pour startups durables situé à Laeken. C’est là que, sur une surface de quelque 500 mètres carrés, répartis sur trois niveaux, grandissent les insectes, nourris d’aliments biologiques (résidus de pressage d’huile de lin et de tournesol). Après 35 jours de vie, les grillons sont tués par échaudage pour ensuite être proposés sous diverses formes. Selon que l’on appréhende ou non de les avaler en entier : en vrac, frais, séchés ou en farine, en tapenade ou en “crickers”, pour crackers de criquets. Goût nature (Rappelant, selon, la noisette, le crustacé, le champignon), sucré ou salé (tomate, fumé, aïl et persil..). Croustillants, ils se dégustent à l’apéritif ou en assaisonnement de plats, salades, soupes.

© Laurence Dardenne

Objectif: produire 3 tonnes d’insectes par mois d’ici 3 à 5 ans !

Riche en protéines, en vitamine B, en oméga 3, en fer, en fibres et en calcium, le grillon se présente comme un aliment particulièrement intéressant, d’un point de vue nutritionnel mais également environnemental. “Les grillons sont beaucoup plus efficaces pour la production de protéines animales que le bétail traditionnel. A partir de 10 kg de nourriture (récupérée), il est possible d’élever 8,5 kg de grillons, soulignent les fondateurs de la startup. De plus, pour produire la même quantité de protéines que l’élevage actuel, le grillon produit 60 fois moins de gaz à effet de serre, soit 98,3 % de moins”.

A l’heure actuelle, les produits de la coopérative sont vendus dans une centaine de magasins bio en Belgique. L’objectif de Little Food, qui s’est aussi donné une mission pédagogique en proposant notamment des animations pour les écoles et des cours de cuisine, est de produire trois tonnes d’insectes par mois d’ici 3 à 5 ans.


--> Plus d’infos : www.littlefood.be