Planète

Produits à base de matière première organique, ces carburants font en effet l'objet de nombreuses critiques en raison de leur bilan environnemental contestable. Les agrocarburants dits de 1ère génération (produits à base de cultures alimentaires comme le maïs, le blé, le colza, le soja ou encore la betterave) sont plus particulièrement en ligne de mire, à tel point qu'en 2015, l'UE s'est résolue à plafonner à 7 % la quantité de ces « biocarburants » pouvant être utilisés dans le secteur des transports d'ici à 2020. Un plafond que les associations environnementales veulent voir ramener à zéro au cours de la prochaine décennie… Un vœu loin d'être exaucé au regard des négociations en cours entre les différentes instances communautaires.