Planète

Dans une lettre publiée jeudi dernier et relayée par la presse du monde entier, le milliardaire américain Bill Gates annonce solennellement que le sort des plus pauvres s’améliorera davantage lors des quinze prochaines années qu’à aucune autre période de l’histoire.

Grâce à la technologie numérique et aux investissements massifs de la "Bill and Melinda Gates Foundation" pour développer cette technologie dans des secteurs aussi vitaux que la santé, l’agriculture ou l’éducation, écrit-il, la mortalité infantile devrait baisser de moitié d’ici 2030, et l’Afrique sera capable d’assurer la sécurité alimentaire de ses habitants.

Plus de 40 milliards de dollars

L’engagement financier du "couple le plus riche du monde" est réel. Depuis sa création en 1997, leur fondation aurait déjà investi plus de 42 milliards de dollars dans divers projets et programmes d’innovation. Le nombre de réfugiés et de personnes déplacées par les conflits et autres catastrophes naturelles n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui, rétorqueront les organisations humanitaires, mais on ne peut pas reprocher à M. Gates de ne pas avoir réglé à lui seul le problème de la faim dans le monde, et il ne se trouvera pas grand monde pour contester le fait que les progrès de la science contribuent à améliorer notre niveau de vie. Mais il ne faudrait pas ériger l’homme en sauveur christique avant d’avoir analysé sa méthode.


La suite de cet article est à lire en intégralité dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4,83€ par mois).