Planète Les férus de gélules appartiennent aux classes sociales élevées, dit une étude française. Des consommateurs plus sportifs et attentifs à leur assiette que les autres, qui en auraient donc moins besoin. C’est pareil chez nous, selon une nutritionniste qui a quitté le Hainaut pour un quartier bourgeois de Bruxelles.