Planète

Greenpeace dresse déjà un bilan négatif de la 23e Conférence climat de l'ONU, qui vit ses dernières heures à Bonn (Allemagne). 

"Nous n'avons pas vu à Bonn l'esprit de l'Accord de Paris de 2015", a déploré vendredi la directrice de Greenpeace Allemagne, Sweelin Heuss. "Il y a eu un manque d'enthousiasme au cours des négociations", estime l'ONG environnementale dans un premier bilan de la COP23. "Les plus fortes impulsions sont venues d'ailleurs, et notamment de l'alliance de pays qui a annoncé sa sortie de l'industrie du charbon."

Une vingtaine de pays, dont la Belgique, ont annoncé jeudi le lancement d'une alliance internationale contre le charbon comme source d'énergie.

La COP23 a été émaillée d'une série de rapports scientifiques et de l'ONU toujours plus alarmistes sur le climat. Elle a aussi été marquée par la volonté du président Trump de vouloir faire sortir les USA de l'Accord de Paris, ce qui ne pourrait se faire au plus tôt qu'en novembre 2020. En début de semaine, les Etats-Unis ont organisé un évènement à Bonn pour défendre les "énergies fossiles propres", ce qui a fait bondir les ONG.

La COP23 a débuté le 6 novembre et doit se terminer ce vendredi soir à Bonn, sous présidence de Fidji. Elle réunit les représentants de près de 200 pays censés avancer dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris, processus qui doit se terminer au plus tard pour la COP24, fin décembre 2018, à Katowice (Pologne).