Planète Les députés européens se prononcent aujourd’hui sur un projet de loi pour améliorer les conditions d’élevage des lapins. En Belgique, la filière n’est pas très importante et les lapins sont plutôt bien lotis.

Un eurodéputé dénonce des conditions d’élevage "très cruelles"

Il n’existe pas de loi pour protéger les lapins en Europe, explique le député européen Stefan Eck. Les conditions d’élevage sont très cruelles, depuis leur naissance jusqu’à leur mort, ils vivent dans un très petit espace", ajoute-t-il en montrant l’espace équivalent à une feuille A4 dans une vidéo du Parlement européen. Membre de la commission de l’agriculture et du développement rural, il signe un rapport d’initiative sur l’instauration de normes minimales relatives à la protection des lapins d’élevage. Les députés soumettent ce rapport au vote en plénière aujourd’hui à Strasbourg. Si la décision est favorable, l’initiative pourrait aboutir à une nouvelle législation.

En Belgique, le bien-être des lapins n’est pas oublié

Des normes ont déjà été établies pour les porcs, les veaux, les poules pondeuses et les poulets de chair au niveau européen, mais pas encore pour les lapins. Seuls l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche et le Royaume-Uni ont adopté une législation spécifique contraignant l’usage de cages grillagées. En Belgique, un arrêté royal relatif au bien-être des lapins dans les élevages datant de 2014 régule les conditions : les lapins doivent être élevés en groupe avec au maximum 16 animaux par m2, le sol doit être majoritairement lisse et du matériel contribuant à l’expression de leur comportement naturel est mis à disposition. "Dans ces parcs enrichis, les lapins ont accès à du foin, peuvent se déplacer, ont des tuyaux pour se cacher et des choses à ronger, explique Ann De Greef de l’association belge de défense des animaux Gaia. Le secteur est très petit en Belgique mais nous avons la législation la plus progressiste d’Europe."