Planète Deux mois après l’ouragan Irma, le Premier ministre français a visité l’île de Saint-Martin, dans les Antilles. Les stigmates de ce cataclysme sont toujours visibles. Les habitants se serrent les coudes mais sont encore sous le choc.

Contexte. L’ouragan Irma, qui a dévasté les Caraïbes en septembre, fut sans précédent dans l’Atlantique. Il est considéré comme un des plus puissants de l’histoire. Irma a généré des vents à plus de 297 km/h pendant plus de 33 heures, battant le record du super-typhon Haiyan qui, en 2013 aux Philippines, avait produit les mêmes vents pendant 24 heures. Sur les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, l’ouragan a fait 10 morts. Nonante-cinq pour cent de Saint-Martin a été détruite.


"Autour de moi, je ne vois que des débris et des déchets"

"Les gens qui nous parlent depuis l’étranger n’ont pas une idée très exacte de ce qui s’est passé ici. Imaginez un grand château de cartes. Vous faites tomber 200 cartes; vous en gardez 5 ou 10 debout. C’est cela, Saint-Martin après Irma. A l’étranger, on ne s’imagine pas que le château de cartes est encore par terre à 90 %. Environ 90 % de l’île a été détruite. C’est énorme ! Là, je vais prendre ma voiture, je ne verrai que des débris, des déchets - même si les routes ont été dégagées de ces déchets -, des voitures accidentées, abîmées, cabossées… Je ne vois quasi aucune voiture avec des vitres intactes !"

(...)