Planète

Le futur terminal offshore devrait s’installer sur la rive occidentale de l’île de Krk, à quelques centaines de mètres du site antique de Mirine-Fulfinum, entre Omišalj et Njivice, à proximité du terminal pétrolier de Jadranski naftovod (JANAF) et de l’usine chimique Dina Petrokemija.

Le sort de cette dernière, qui a arrêté ses activités en 2016, illustre toutes les vicissitudes de la transition croate. Depuis sa privatisation, elle n’a cessé de changer de mains, et elle est récemment passée sous le contrôle du fonds d’investissement slovène Gasfin, engagé dans plusieurs partenariats avec le géant russe Gazprom. En attendant, les habitants de l’île se désolent de l’incurie du gouvernement, qui s’était engagé à traiter les résidus chimiques restés sur le site de Dina Petrokemija mais qui n’a pour l’instant entrepris aucun nettoyage.