Planète La substance herbicide est au cœur d’un débat au Parlement européen ce mardi.

Le glyphosate, substance herbicide commercialisée par le géant des pesticides Monsanto la plus vendue en Europe, est au cœur d’une polémique depuis que l’Organisation mondiale de la Santé l’a définie comme "probablement cancérigène" en mars 2015 alors que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a conclu en novembre de la même année qu’elle ne l’était pas. En juin 2016, quand l’autorisation de commercialisation au sein de l’Union européenne du glyphosate est arrivée à expiration, la Commission européenne l’a prolongée temporairement de 18 mois en attendant un consensus définitif. Entre-temps, des documents rendus publics par la justice californienne dans le cadre d’un procès contre Monsanto suggèrent que la multinationale aurait réalisé elle-même des études sur le glyphosate, les attribuant ensuite à des scientifiques. Ces études auraient été exploitées par l’EFSA. "L’Union européenne n’est pas isolée, on ne peut pas ignorer l’affaire Monsanto aux Etats-Unis. Et quand il y a des avis scientifiques divergents, il faut s’interroger sur leur pertinence", affirme l’eurodéputé socialiste Eric Andrieu. "Pour légiférer, nous devons avoir tous les éléments en main, or ce n’est pas le cas."

La Commission auditionnée

Réunis en séance plénière au Parlement européen de Strasbourg, les députés auditionnent la Commission ce mardi à propos de l’autorisation sur le marché du glyphosate. "Monsanto savait peut-être depuis 1999 que le glyphosate est potentiellement cancérigène et il semble que toutes les études n’aient pas été diffusées", ajoute Eric Andrieu. A la suite de la question orale, une audition publique se tiendra début septembre. Si les réponses ne sont pas concluantes, "il faudra aller plus loin avec une enquête. Les citoyens européens méritent que la vérité soit dite. Et si elle n’était pas au rendez-vous, le principe de précaution s’impose. La santé humaine est la priorité." Plusieurs députés demandent à faire la lumière sur cette affaire. Bart Staes (Groen) et trois autres parlementaires écologistes appellent la Cour de Justice de l’Union européenne à leur donner accès aux nombreuses études qui ont servi de base à l’EFSA.

De son côté, la Commission vient de relancer la procédure d’autorisation du glyphosate. Pour Eric Andrieu : "C’est inconvenant au regard de la situation."