Planète

Sérieusement endommagé en août dernier par un séisme, le somptueux site de Bagan, en Birmanie, où affluent de plus en plus de touristes, pourrait un jour rejoindre la liste des sites menacés par le tourisme de masse. Outre l’éternelle Venise ou la belle Méditerranée, petite sélection de ces lieux magiques, le plus souvent classés Patrimoine mondial de l’Unesco, qui se dégradent d’avoir été trop visités.


Le Machu Picchu


L’alerte a déjà été donnée en 2008 par l’Unesco qui a dénoncé l’accès illégal, découlant du tourisme de masse, à ce sanctuaire historique perché à 2340 mètres d’altitude au Pérou. Les touristes, qui s’y rendent massivement en train ou en bus pour des excursions d’un jour, n’hésitent pas à sortir des sentiers balisés, fragilisant la structure de la citadelle inca et causant des dégâts parfois irréparables.


Le mont Everest


Parfois surnommé le "dépotoir le plus haut du monde", en raison des déchets abandonnés par les visiteurs, l’Everest est également en péril. A tel point que le gouvernement népalais impose à présent aux grimpeurs un dépôt de 4000 dollars, remboursable au retour de leur ascension s’ils ont ramené avec eux leur équipement et leurs déchets.


L’archipel des Galapagos


En piétinant cet écosystème, situé à 1000 km des côtes équatoriennes, les touristes menacent la flore et la faune uniques au monde sur ces îles volcaniques, qui limitent cependant à 200 000 le nombre de visiteurs par an, alors que certaines d’entre elles ne sont déjà plus accessibles qu’aux scientifiques. Autre facteur limitant : la taxe d’entrée au parc national fixée à 125 dollars pour un adulte.


Le mont Kilimandjaro


Chaque année, plus de 25 000 personnes se lancent à l’assaut du Kilimandjaro, contribuant à l’érosion et à la pollution de la montagne tanzanienne.


Le site de Pétra


Fragile, balayé par les vents et piétiné par les touristes, ce long corridor enfoui entre deux falaises où s’érige le Trésor, a aussi fait les frais du tourisme de masse avant de subir - comble du paradoxe - la crise du tourisme, qui a affecté la Jordanie en raison du climat moins sûr qu’auparavant.


Le temple d’Angkor


Visités par des milliers de touristes chaque année, les temples d’Angkor, au Cambodge, sont aussi à la merci de visiteurs peu scrupuleux qui s’aventurent hors des sentiers balisés. S’il n’est pas encore question d’en restreindre l’accès, le Premier ministre cambodgien incite à visiter les autres temples - une centaine - du pays.


Les tombeaux égyptiens


Dans la Vallée des Rois et la Vallée des Reines, plusieurs tombeaux ont d’ores et déjà été fermés au public, dont le gaz carbonique et l’humidité dégagés par la respiration ont réussi à dégrader les peintures murales.


L’île de Pâques


Pour accéder à cette île isolée au milieu du Pacifique et appartenant au Chili, il faut remplir un formulaire. Quand, en 2009, les habitants ont voté par référendum un contrôle renforcé des flux migratoires, Luz Zasso Poa, la jeune maire, déclarait "rejeter le tourisme de masse, qui met en péril le fragile écosystème" de ce paradis perdu de 164 km2.