Il faudra 40 ans pour vider et démonter la centrale

Valentin Dauchot Publié le - Mis à jour le

Planète

La centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi est composée de six réacteurs nucléaires assortis de piscines de stockage. Lorsque le tremblement de terre de magnitude 9 frappe le Japon et engendre un tsunami, le 11 mars 2011, trois de ces réacteurs sont en marche. Les réacteurs 1, 2 et 3 perdent leur refroidissement et verront leurs cœurs fondre. Les piscines de stockage qui accueillent les combustibles usés des réacteurs 1 à 4 perdent elles aussi leur refroidissement, mais les combustibles resteront globalement intacts. Les bâtiments qui recouvrent piscines et réacteurs 1 à 4, eux, explosent du fait de la production d’hydrogène causée par la détérioration des combustibles dans les réacteurs.

Refroidir les cœurs en urgence

A ce moment précis, les piscines sont à l’air libre et la fusion des cœurs des réacteurs entraîne d’importants rejets de matières radioactives dans l’environnement. L’urgence consiste à refroidir les cœurs et les combustibles plongés dans les piscines pour éviter la surchauffe et limiter les rejets. "Cette phase de refroidissement est désormais stable et assurée par des moyens fixes", analyse Thierry Charles, Directeur général adjoint de l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire. "Les Japonais ont repris le contrôle des réacteurs et des piscines. Ils doivent maintenant retirer les combustibles pour pouvoir démanteler les infrastructures". Durée totale de l’opération : 30 à 40 ans, au mieux. "Tepco (nationalisé depuis lors par le gouvernement japonais, NdlR) doit d’abord sécuriser les infrastructures pour minimiser les fuites et permettre le début du démantèlement. L’opération consiste notamment à recouvrir les bâtiments à l’aide de superstructures pour pouvoir récupérer les déchets qui s’y trouvent et les évacuer."

Les piscines, d’abord, sont davantage accessibles mais plus vulnérables en cas de séisme du fait de leur position dans la partie haute des bâtiments. La piscine du réacteur n°4, surchargée car elle abrite le cœur entier du réacteur, a été consolidée entre-temps pour éviter tout effondrement, mais "on ne sait pas jusqu’où les bâtiments résisteraient en cas de nouveau séisme violent", ajoute Thierry Charles. "Te pco a simulé des tremblements pour tester la résistance des bâtiments qui a été jugée "convenable". Un mur a également été construit sur l’océan pour protéger la centrale de tsunamis éventuels, mais ici non plus, on ne sait pas jusqu’à quel niveau on pourra les retenir". D’où l’urgence de décharger les piscines : personne, aujourd’hui, ne semble en mesure de déterminer avec précision la résistance des bassins, et les dernières photos communiquées par Tepco indiquent qu’une certaine quantité de débris tombés lors de l’explosion des bâtiments vont encore venir compliquer l’extraction des combustibles.

Besoin de nouvelles technologies

Officiellement, Tepco se donne deux ans pour décharger la piscine n°4. Après quoi, il faudra encore s’attaquer aux trois autres piscines, et enfin, aux réacteurs. "Les combustibles stockés dans les piscines ne sont pas dégradés", précise Thierry Charles. "L’intervention est donc facilitée. Par contre, pour pouvoir intervenir dans les réacteurs, ils vont devoir concevoir et mettre en place des moyens robotisés qui n’existent pas encore. Aucun individu ne peut y accéder et on ne sait pas, à l’heure actuelle, quelle est la situation à l’intérieur".

Selon les données communiquées par le gouvernement japonais, le cœur du réacteur N°1 a totalement fondu et percé la cuve pour se répandre dans le fond de l’enceinte de confinement. Les réacteurs 2 et 3 ont, eux, subi d’importantes dégradations qui ont potentiellement conduit à une relocalisation significative de Corium dans le fond de la cuve et un écoulement dans le fond de l’enceinte de confinement. "La situation est la même que l’an dernier", conclut Thierry Charles, "personne ne peut dire quelle quantité de combustibles a fondu et où il se trouve exactement. On va très certainement découvrir des éléments inattendus. Les Japonais prévoient de commencer à récupérer les combustibles des réacteurs d’ici 10 ans, mais les progrès vont prendre énormément de temps".

Publicité clickBoxBanner